Cerfrance Nord - Pas de Calais

Siège social

5 bis, Haute Rue,

59481 RADINGHEM-EN-WEPPES

 

Cerfrance Nord - Pas de Calais

Siège administratif

Centre d'affaires ARTEA - ZAC de l'An 2000

Rue Joseph Marie Jacquard

62800 LIEVIN

03 21 606 606

  • White Facebook Icon
  • White Twitter Icon
  • White YouTube Icon
  • White LinkedIn Icon

Nos experts prennent la parole

Suivez-nous
  • Grey Facebook Icon
  • Grey YouTube Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey LinkedIn Icon

Business plan : comment s'y prendre ?

 

 

Contenu du business plan

La partie rédactionnelle

  • L’accroche / présentation du projet : présentation synthétique du projet : l'entreprise, le marché, l'offre, la stratégie de développement, les principaux éléments financiers, la présentation de l'équipe et enfin l'utilisation des fonds et les étapes de développement de l'entreprise. Elle doit donner envie aux lecteurs (banquier, investisseur, associé) d’aller plus loin et d’accompagner le porteur de projet dans son aventure. 

  • Le portrait de l’entreprise : présentation de son histoire, sa forme juridique, sa structure interne (organigramme, collaborateurs, localisation, actionnariat, conseil d’administration...). On y joint les CV détaillés des personnes-clés.

  • Le marché, l’environnement concurrentiel et l’offre

  • L'analyse du marché (taille, segmentation, degré de maturité, réglementation, facteurs clés de succès, etc.).  

  • Etude de l’environnement concurrentiel : identification des concurrents (récupération de certaines données financières, mise en évidence de leurs forces et de leurs faiblesse) et observation de l’environnement (intensité de la concurrence, pouvoirs des clients, pouvoirs des fournisseurs, produits de substitution et menace de nouveaux entrants). 

  • Présentation de l’offre : caractéristiques des produits et services vendus, forces et faiblesses.

  • Les objectifs et le positionnement stratégique : présentation de la stratégie déployée par le porteur de projet : marché et segments visés, différenciation, …  Les objectifs doivent également y être indiqués (parts de marché visées, chiffre d’affaires prévisionnel, point mort et rentabilité globale du projet).

  • Les moyens mis en œuvre 

  • Le plan marketing et commercial (politique de prix, canaux de distribution et moyens de communication) 

  • Les locaux et équipements

  • La logistique (fonctionnement de l’entreprise par analyse des flux entrants et sortants).

  • Les Ressources humaines nécessaires (rôle, expérience, formations et atouts)

  • Planning et organisation

  • La dimension juridique : structure choisie pour exercer l’activité (en nom propre ou en société), la répartition du capital de la société, l’existence éventuelle d’un pacte d’actionnaires, les représentants légaux de l’entreprise, la fiscalité, le statut social...

La partie financière du business plan (= prévisionnel financier)
Traduction financière du projet qui permet notamment de mesurer la rentabilité du projet sur une période de 3 ans à 5 ans généralement et de déterminer, le besoin en financement qui en découle ainsi que les capacités de la future entreprise à rembourser un éventuel emprunt.
Il comporte de nombreux tableaux financiers parmi lesquels : 

  • Le compte de résultat prévisionnel : ensemble des flux (produits et charges) pendant une période appelée « exercice comptable », qui déterminera le résultat réalisé. 

  • Le bilan prévisionnel : point à un instant donné de ce que possède l’entreprise (immobilisations, stocks, créances et disponibilités) et ce qu’elle doit (capital social, réserves, provisions, dettes financières, dettes fournisseurs, dettes fiscales et sociales, etc.). 

  • Le plan de financement prévisionnel : Synthétise l’ensemble des besoins financiers à satisfaire (achat d’immobilisations, variation du besoin en fonds de roulement (BFR), remboursements d’emprunt et de comptes courants d’associés, et distribution de dividendes) et les ressources apportées (apports des associés, capacité d’autofinancement CAF et prêts obtenus). Il permet de s’assurer de l’équilibre financier du projet.

  • Le budget de trésorerie : état de la trésorerie nette d’une entreprise. Il traduit l’ensemble des recettes et des dépenses sous forme de flux monétaires prévisionnels. 

  • Les autres tableaux financiers du business plan : tableau des soldes intermédiaires de gestion (SIG) ; tableau de taxe sur la valeur ajoutée ; tableau récapitulatif des investissements ; tableau récapitulatif des financements ; etc.

Étapes pour construire un business plan

De l’idée à l’élaboration d’un business model
Etude de marché préalable : il s’agit de formaliser l’idée et de vérifier que l’offre réponde à un besoin ou résout un problème, et donc susceptible de trouver des acheteurs. 
Stratégie prévue : définition des objectifs, plan d'actions et ressources adapté. Il faut donc faire des choix (position concurrentielle adoptée pour atteindre une performance supérieure à celle de ses concurrents, segment de clientèle privilégié, partenariats…).
Business model - ou modèle économique - est le concept qui permet à une entreprise de gagner de l'argent. Il peut se formaliser dans un document de présentation de la logique globale de l’entreprise et d’explication de la création de valeur, de comment elle le fait, pour qui, et comment elle gagne de l’argent. 
Le business model est l’élément clé du business plan pour passer d’une idée ou d’un concept à une entreprise viable dans le temps, pérenne et rentable. Il réclame de pouvoir prendre du recul sur son activité, d’organiser sa réflexion, de structurer ses idées et de s’entourer de personnes pour prendre du recul.

 

Du business model au business plan
Le business plan est la déclinaison concrète, opérationnelle et chiffrée du business model. Il prend la forme d’un document formel de présentation de la stratégie de l’entreprise, de la vision du dirigeant, de comment sera implémenté le business model (réalisation de l’étude de marché pour définir le profil des clients, analyser la concurrence et définir le positionnement ; clarification de l’offre et des moyens nécessaires ; option pour la forme juridique), de sa situation financière future (bilan prévisionnel) et de l’activité (compte de résultat prévisionnel) de l’entreprise.
 
Défendre son business plan auprès des financeurs

Objectif : convaincre le financeur. Ce dernier va vouloir vérifier que le projet est viable et peut être pérenne sur le long terme. Il va donc étudier les 2 aspects de votre projet et analyser :

  • La cohérence Homme-Projet-Marché : projet réfléchi ; accompagnement par une structure ; expériences, diplômes, situation personnelle des fondateurs ; marché existant.  

  • La cohérence de la présentation financière du projet permettant de déterminer les Besoins en Fonds de Roulement (BFR) et la Capacité d’Auto-Financement (CAF, capacité à financer l’activité courante et le développement).

Pour cela il faudra : 
-    Avoir un dossier irréprochable et soigner la forme : dossier complet, rigoureux et méticuleux.
-    Avoir une cohérence entre le projet et celui qui le porte
-    Connaître le projet et ne pas avoir de zones d’ombres
-    Etre clair et précis : ne pas utiliser des termes trop techniques 
-    Croire en la réussite du projet
-    Avoir confiance en soi
-    Justifier chaque point par des arguments détaillés
-    Avoir un prévisionnel bien étudié et réaliste

 

Réaliser son business plan

Il existe de nombreux modèles disponibles gratuitement. Mais il faut être vigilent car chaque projet étant unique, il est primordial de personnaliser le business plan.
Chaque étape nécessite une étude précise pour faire les bons choix car les conséquences peuvent être importantes pour l’entreprise (sur son activité, son fonctionnement, sa fiscalité, …).

L’accompagnement permet de vérifier la cohérence du projet professionnel avec le projet personnel, car il s'agit aussi d'un changement de mode de vie ; de valider le choix juridique, fiscal et social ; de monter un business plan « béton » ; d’informer sur les différentes moyens de financement ; … 


De plus, le fait d’être accompagné par une structure augmente la pérennité des entreprises à 5 ans à 66% contre moins de 50% pour les structures non accompagnées.
 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload